Essais

Hyundai Tucson 1.6 CRDi 136 ch Hybrid 48v : une motorisation toujours dans le coup ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

 EN BREF

4e génération

SUV compact

Diesel microhybridé

À partir de 37 800 €

Le Hyundai Tucson est apparu en 2004 et aujourd’hui, le SUV compact coréen en est à sa quatrième génération. En France, c’est un peu différent puisque le iX35 est venu s’intercaler notamment de 2010 à 2015. Présent sur le marché depuis de nombreuses années, il n’a toutefois jamais réussi à vraiment s’imposer sur un segment, qui est dominé par les modèles français qu’ils se nomment Peugeot 3008, Renault Kadjar ou Citroën C5 Aircross, mais également par certains étrangers comme le Nissan Qashqai ou le Volkswagen Tiguan.

 

La face avant du Tucson est la principale originalité de ce Tucson avec sa calandre qui se confond avec les projecteurs.
La face avant du Tucson est la principale originalité de ce Tucson avec sa calandre qui se confond avec les projecteurs.


Le Tucson cuvée 2021 a décidé de frapper un grand coup avec une esthétique hors du commun. Ainsi, la principale originalité réside au niveau de la face avant avec une calandre qui donne l’impression d’occuper toute la largeur en englobant les projecteurs, notamment quand ceux-ci sont éteints. Une fois allumés, la distinction se fait plus naturellement quand ceux-ci en forme de triangle s’illuminent. De quoi donner au Tucson une personnalité indéniable.

La personnalité du Tucson passe aussi par des feux en forme de crocs.
La personnalité du Tucson passe aussi par des feux en forme de crocs.


Comme sur certains modèles Lexus, les passages de roues sont géométriques.
Comme sur certains modèles Lexus, les passages de roues sont géométriques.



Ce caractère se retrouve aussi de profil avec des lignes de caisse très marquées, des passages de roues géométriques, un jonc de portes chromé sur la partie supérieure du vitrage qui s’élargit sur la custode. Mais ce n’est pas tout, puisque l’arrière est aussi singulier avec ses feux en forme de crocs qui sont reliés par un bandeau lumineux. Pas de doute, ce Tucson fait clairement tourner les têtes. L’objectif est donc rempli.

La planche de bord du Tucson détonne avec notamment son instrumentation sans casquette.
La planche de bord du Tucson détonne avec notamment son instrumentation sans casquette.


À bord, la surprise est aussi de rigueur avec une planche de bord originale qui abrite notamment un écran multimédia tactile de 8 ou 10,25 pouces, mais c’est surtout l’instrumentation 100 % numérique de 10,25 pouces dépourvue de casquette, qui retient l’attention. Le design du volant est également atypique. L’ambiance intérieure est vraiment différente des autres acteurs du marché. La qualité des matériaux est tout à fait correcte

En diesel, le volume de chargement est de 546 litres - contre 616 litres en hybride et on doit composer avec des passages de roues proéminents.
En diesel, le volume de chargement est de 546 litres – contre 616 litres en hybride et on doit composer avec des passages de roues proéminents.


Pas de souci d'espace aux places arrière.
Pas de souci d’espace aux places arrière.



En ce qui concerne les aspects pratiques, le bilan global est positif : l’habitabilité arrière est intéressante. Le volume de chargement de 546 litres est dans la bonne moyenne de la catégorie, mais deux choses viennent un peu assombrir le tableau. Ce diesel ne dispose pas du même volume que l’hybride (616 litres) en raison de la taille supérieure du réservoir. Il est dommage aussi que les passages de roues soient aussi imposants.

Sur route : un agréable compagnon

Essai - Hyundai Tucson 1.6 CRDi 136 ch Hybrid 48v : une motorisation toujours dans le coup ?

Même si le diesel a vu ses parts de marché énormément chuter, Hyunda continue pourtant d’en proposer sur son nouveau SUV compact. Un revirement de position sachant que cette carburation avait disparu sur la fin de vie de l’ancienne génération. Sous le capot de ce Tucson, on retrouve un moteur bien connu sur la gamme de la firme coréenne à savoir le 1.6 CRDi 136 ch doté d’un système de micro-hybridation 48V. Avec ses 320 Nm de couple, le Tucson revendique des prestations routières globalement convaincantes qui sont dans la moyenne de la catégorie avec par exemple un 0 à 100 km/h abattu en 11,8s. Sans être exceptionnel, le quatre cylindres convient parfaitement à un usage quotidien avec des reprises intéressantes, mais c’est toutefois sa consommation qui s’avère la plus séduisante avec une moyenne de 5,7 l/100 km relevée sur notre essai.

Mais c’est surtout le comportement sur route qui a le plus progressé par rapport à la génération précédente. Le Tucson déjà recommandable auparavant monte en gamme. Ainsi, sans égaler les références que peuvent être un Peugeot 3008, un Volkswagen Tiguan ou un Citroën C5 Aircross, il offre un bon compromis entre confort et dynamisme, même s’il se montre un peu moins à son aise quand le rythme s’accélère en raison notamment d’une direction manquant de précision et de l’apparition de mouvements de caisse.

Caradisiac

Source link

Newsletter