Actu

Mitsubishi pourrait finalement ne pas quitter l’Europe

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Selon nos collègues du Financial Times, Mitsubishi pourrait finalement rester sur le marché européen et construire un modèle dans une usine française de Renault. Mais rien n’a encore été validé.

 

Cela avait fait l’effet d’une bombe en juillet 2020. La marque japonaise, intégrée au sein de l’Alliance Renault-Nissan, avait annoncé qu’elle quitterait l’Europe d’ici 2022 et qu’elle arrêterait tout développement pour ce marché, se concentrant uniquement sur l’Asie, l’Océanie, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Depuis, plus de nouvelle et aucun plan de retrait n’a été annoncé auprès du réseau.

 

Mais la situation pourrait évoluer. Selon un article du Financial Times, publié mardi 23 février 2021, il semblerait que Mitsubishi fasse machine arrière. La marque pourrait finalement rester sur le marché européen. Ce changement de stratégie serait la conséquence de plusieurs mois de pression exercée par Renault au sein de l’Alliance.

 

Lire aussi : Quels changements pour l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

 

Renault pousserait en effet très activement pour que Mitsubishi assemble un véhicule, sans pour autant préciser le modèle, sur l’un de ses sites de production en France. Derrière cet accord de principe signé entre Nissan, Mitsubishi et Renault, mais qui semble encore être très fragile, se trame la préservation d’emplois en France.

 

Le mois dernier, le directeur général de Renault, Luca de Meo, a indiqué dans une interview donnée au Financial Times qu’un accord pourrait être conclu entre les trois marques. “Nous avons de l’espace dans nos usines et nous avons des plateformes”, avait-il déclaré. Luca de Meo avait également suggéré que Renault pourrait construire plus de voitures pour Nissan dans ses usines françaises, stratégie à laquelle Nissan s’opposerait, toujours selon le journal économique. Pourtant, tous les VUL Nissan destinés à l’Europe seront produits dans des usines Renault.

 

Rappelons que dans le cadre de l’Alliance, Renault détient 43 % de Nissan qui possède elle-même 34 % de Mitsubishi. De son côté, l’État français possède 15 % du groupe Renault, point d’achoppement avec Nissan.

 

Lire aussi : Mitsubishi : les distributeurs s’organisent

 

Quant au réseau, ce dernier n’a aucune information. Il s’apprête d’ailleurs à accueillir un nouveau véhicule, l’Eclipse Cross PHEV, qui sera commercialisé dans les semaines à venir. En France, il rejoint une gamme composée seulement de la citadine Space Star et du pick up L200, l’Outlander PHEV n’étant plus distribué.

 

En 2019, Mitsubishi a vendu 120 000 véhicules en Europe, ce qui représente une part de marché inférieure de 1 %.

www.journalauto.com

Source link

Newsletter