Actu

Cette Porsche 911 de 1989 est-elle une œuvre d’art ou un sacrilège ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Contrairement à BMW qui a lancé depuis plusieurs années un programme « Art Car », Porsche ne s’est que rarement associé à des créations artistiques basées sur ses modèles. Ce qui n’empêche pas certains artistes de sévir, de temps à autre, sur une 911… Un exemplaire d’une type G de 1989 est justement proposé à la vente outre-Atlantique.

Sans les images, l’annonce publiée sur le site d’enchères en ligne Bringatrailer pourrait sembler tout à fait banale. Une 911 3,2 l de 1989, l’une des dernières Type G produites avant son remplacement par la 964, affichant 66.000 miles au compteur (environ 100.000 km) et dont l’entretien a été convenablement suivi. La description mentionne aussi que l’auto n’a subi aucun accident, et que l’habitacle, en cuir brun “dans son jus”, se trouve dans un excellent état de conservation compte tenu de son âge.

Jusque-là, les 911 répondant à ces critères ne sont pas rares. Le traitement de la carrosserie, en revanche, est tout bonnement unique puisque cette 911 “G” est le fruit de travail du peintre Canadien Dominic Besner, commandé par le Musée des Beaux-Arts du Québec. Le motif représenté est un taureau stylisé, de face, entouré de surfaces multicolores. L’auto a d’abord été exposée au musée canadien, avant d’échouer dans un dépôt-vente en Californie.

 

Bien moins chère que le Taycan Art Car

Cet exemplaire est évidemment unique. Curieusement, l’enchère est encore très basse : seulement 50.000 dollars US à deux jours de son terme, soit environ 41.000 euros.

Les collectionneurs en herbe trouveront donc l’opportunité bien plus accessible que la dernière Art Car Porsche, officielle cette fois : en mars dernier, un Taycan peint par Richard Phillips a été adjugée environ 170.000 euros chez RM Sotheby’s.

 

Turbo

Source link

Newsletter