Actu

un 5 cylindres électrifié ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Ultime évolution de l’Audi A3 renouvelée l’an dernier, sa version brutale RS3 devrait rapidement venir compléter la gamme. Le lever de rideau n’est qu’une question de semaine, comme l’indiquent ces premières images officielles. Encore camouflées, mais avec quelques indices à la clef.

Cela ressemble à une campagne de teasing tout à fait innocente. Mais au lieu d’un morceau de phare ou de carrosserie, nous découvrons les autos en entier… encore camouflées certes, mais nous avons bel et bien sous les yeux les contours des toutes nouvelles Audi RS3, troisièmes du nom. Dans un communiqué annonçant les orientations de la marque en matière d’électrification de modèles sportifs, Audi a profité, l’air de rien, de faire figurer au premier plan la RS3 cru 2021. Deux RS3 en fait, puisqu’elle sera déclinée en Sportback et en berline tricorps.

Outre quelques informations sur le succès commercial des modèles S et RS (ventes en hausse de 16 % en 2020) et la tendance à l’électrification partielle de la gamme (environ la moitié des S ou RS le seront à différents degrés) d’ici 2024, strictement aucune information n’est lâchée sur la RS3 en question. Sans surprise, on distingue sous le camouflage les attributs habituels des Audi RS : passages de roues hypertrophiés, bouclier avant largement ajouré et deux sorties d’échappement ovales…

 

Le 5 cylindres toujours présent ?

Compte tenu de l’ambiance concernant l’avenir de certaines sportives et le thème du communiqué Audi en question, il y aurait tout lieu de s’inquiéter d’un éventuel downsizing de la future RS3… et donc de la disparition du 5 cylindres. Après tout, Mercedes a bien annoncé troquer le V8 de la truculente C63 AMG pour un modeste “4 pattes”. Mais pas si vite, tout n’est pas perdu.

Déjà, il convient de rappeler que le 5 cylindres 2,5 l TFSI n’est pas mort. Au sein du groupe, le Cupra Formentor y a recours depuis peu. De plus, pas question d’enterrer si vite un moteur d’anthologie, aussi fort en musique qu’en image (le rallye, les heures de gloire d’Audi, c’est un 5 cylindres et rien d’autre)… Notons aussi que l’arrivée de la spectaculaire e-tron GT, l’extension de la famille e-tron avec le SUV Q4 ainsi que la généralisation de modèles PHEV permettent d’abaisser significativement le bilan global CO2 de l’ensemble de la gamme, et laisse donc de la marge pour continuer à proposer de vrais moteurs. Après tout, notre délirant malus national ne concerne que la France.

On peut donc imaginer que l’électrification du 5 cylindres (qui devrait toujours délivrer autour de 400 ch) ne dépasserait pas le stade d’une micro-hybridation 48V, finalement quasi indolore. Le V8 de la RS6 y a bien recours, et cela ne lui pose aucun problème pour asséner de lourds chronos du haut de ses 600 ch. Donc non, tout n’est pas perdu.

 

Turbo

Source link

Newsletter