Essais

Nissan Qashqai (2021) : adieu le diesel, bonjour la microhybridation

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

En bref

Crossover compact

À partir de 28 990 €

Plus de diesel

À sa sortie en 2007, le Nissan Qashqai a été le premier des SUV compacts, une catégorie qui, depuis, n’en finit plus de voir arriver des nouveaux modèles et qui représente aujourd’hui 19 % des voitures neuves écoulées aujourd’hui, le deuxième segment derrière celui des citadines. C’est donc un modèle particulièrement important historiquement pour la marque mais qui est aussi toujours extrêmement populaire, puisque c’est la meilleure de ses ventes sur le Vieux Continent et la deuxième dans l’Hexagone derrière le Juke.








Essai - Nissan Qashqai (2021) : adieu le diesel, bonjour la microhybridation

Essai – Nissan Qashqai (2021) : adieu le diesel, bonjour la microhybridation

 

Très grosse pression donc au moment de remplacer ce pionnier pour une troisième fois. Et pourtant, malgré les enjeux, Nissan n’a pas joué la sécurité puisque le style a été entièrement revu. On n’atteint pas la furieuse originalité du Juke mais ce nouveau Qashqai ne manque pas de personnalité pour autant, avec ses feux avant très travaillés de part et d’autre d’une grande calandre en V, un pavillon flottant et une abondance d’angles et de muscle saillant soulignant la croissance du modèle dans toutes les dimensions : presque 3 cm que ce soit en longueur, en hauteur ou en largeur.

Le lien de parenté avec la génération précédente est évident.
Le lien de parenté avec la génération précédente est évident.


Point faible du Qashqai auparavant, l’habitacle a bien progressé. Ce n’est peut-être pas aussi étonnant que l’extérieur mais la présentation est plus soignée, avec un aspect technologie plus important apporté par l’instrumentation numérique de 12,3 pouces et l’écran central de 9 pouces. L’habitabilité s’améliore aussi légèrement, avec à l’arrière 28 mm d’espace aux jambes et 15 mm à la tête supplémentaires mais c’est surtout le coffre qui progresse le plus, avec 504 litres de volume de chargement, soit 70 de plus que précédemment.

La planche de bord est toujours un peu triste mais il y a une nette amélioration de la finition.
La planche de bord est toujours un peu triste mais il y a une nette amélioration de la finition.


Le Qashqai était déjà connu pour l’abondance de son équipement et sa réputation est conservée avec un système de conduite semi-autonome ProPilot intégrant désormais la lecture des panneaux et les informations du GPS pour ajuster la vitesse, on a aussi un avertisseur latéral pour aider dans les manœuvres et des feux de type Matrix.

Essai - Nissan Qashqai (2021) : adieu le diesel, bonjour la microhybridation

Essai - Nissan Qashqai (2021) : adieu le diesel, bonjour la microhybridation


Joli progrès aussi au niveau de l’habitabilité arrière et du volume de coffre.

Pour cette nouvelle génération, le Qashqai a droit à une nouvelle plateforme baptisée CMF-C plus légère et plus rigide pour compenser l’arrivée de série de la micro-hybridation 12 V. Côté moteur, plus de diesel donc mais, en attendant un full hybride ePower au premier trimestre 2022, on a le choix entre deux niveaux de puissance du 4 cylindres 1,3 turbo essence : 140 ch avec une boîte de vitesses mécanique à six rapports ou 158 ch avec une transmission Xtronic type CVT, cette dernière pouvant être associée à une transmission intégrale.

Côté prix, malgré ses progrès en matière de qualité perçu dans l’habitacle, le Nissan Qashqai se positionne de façon toujours assez agressive, démarrant à 28 990 € pour la version 140 ch et 34 590 € pour la 158 ch avec une dotation d’équipements déjà très complète dès la finition d’entrée de gamme.

Caradisiac

Source link

Newsletter