Actu

Land Rover va bientôt expérimenter un Defender fonctionnant à l’hydrogène

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Les initiatives de développement dans le domaine des énergies alternatives passent bien souvent par la pile à combustible chez les constructeurs automobiles. En Grande-Bretagne, ces initiatives sont souvent encouragées financièrement par le gouvernement. Chez Land Rover, les ingénieurs pensent que la technologie susmentionnée sera un complément pour les véhicules à motorisation électrique alimentée par batterie. Dans un futur proche, la multiplication des solutions de mobilité et des énergies alternatives devrait réussir à freiner la consommation en énergie fossile. S’en passer totalement semble en tous cas utopique à court terme.

Land Rover estime que les véhicules à pile à combustible devraient dépasser les 10 millions d’unités d’ici 2030 et que 10 000 stations de ravitaillement seront à disposition pour ces derniers dans le monde. Le développement d’un prototype de Defender fonctionnant à l’hydrogène fait partie de la stratégie “Reimagine” du groupe Jaguar Land Rover, elle vise à atteindre zéro émission à l’échappement dans sa gamme d’ici 2036 et zéro carbone dans sa chaîne d’approvisionnement (valeur nette) d’ici 2039.

Le Defender, un candidat pertinent

Lancer le diaporama
Essai du nouveau Land Rover Defender 110 | nos photos du franchisseur
+25

Photo d’illustrationCredit Photo – Land Rover

La technologie de la pile à combustible est complémentaire à la batterie (lithium-ion par exemple) dans le domaine des véhicules électriques. L’utilisation de l’hydrogène en tant que carburant permet un ravitaillement rapide du véhicule électrique, en à peine plus de temps qu’il n’en faut pour remplir un réservoir de voiture thermique. De nombreux problèmes subsistent cependant dans le cadre de l’utilisation de ce carburant sur les véhicules particuliers. Ceux-ci concernent principalement le stockage du dihydrogène à très haute pression (jusqu’à 700 bars), le coût énergétique de production de cette molécule et le déploiement encore confidentiel des stations de distribution. La technologie des FCEV se montrerait ainsi plus cohérente pour les véhicules massifs demandant une autonomie importante, ou encore pour ceux qui sont utilisés dans des environnements à fortes variations de températures.

Le projet de véhicule électrique à pile à combustible nommé “Projet Zeus” au sein du groupe Jaguar Land Rover s’appuie sur l’expertise en R&D d’industries de pointe. La société britannique s’est notamment associée à Delta Motorsport, AVL, Marelli Automotive Systems et le UK Battery Industrialization Center (UKBIC) pour la réalisation du premier Defender à pile à combustible. Prochainement sur la route (fin 2021), ce dernier va subir une batterie de tests visant à évaluer certains de ses aspects techniques fondamentaux pour les futurs clients, comme ses capacités en tout-terrain, sa capacité de remorquage ou encore sa consommation de carburant.

En bref

Afin de diversifier son offre électrique, le groupe Jaguar Land Rover développe un Defender à pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène.

Paul Niocel

[Autonews

Source link