Essais

Prise en mains – Jaguar F-Pace PHEV P400e : l’essence du devoir

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

L’électrification est en marche, et rien ne l’arrêtera. Jaguar l’a bien compris qui, à l’occasion du restylage du F-pace à l’automne dernier, a doté celui-ci d’une motorisation hybride rechargeable au pédigrée des plus intéressants.

Nous avons en effet affaire à un SUV familial long de 4,75 m et lourd de 2 189 kilos à vide, mais capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 5,3 s, valeur qui fait de ce modèle le deuxième le plus performant de la gamme, juste derrière la tonitruante version SVR de 550 ch.

Ici, ni V6, L6 ou V8, mais un bloc 2.0 à 4 cylindres acoquiné avec un moteur électrique de 143 ch qui, grâce à sa batterie de 17,1 kWh (ou 13,6 kWh utiles) peut propulser seul l’auto sur une distance de 53 km, voire un petit peu plus si l’on se pique d’éco-conduite.

Avec cette autonomie, il est tout à fait possible de circuler au quotidien en mode « zéro émission » et de bénéficier du moteur thermique quand de grandes distances sont à parcourir. Sur une borne de recharge à domicile 7,4 kW, 1h40 suffit à passer de 0 à 80% de charge. Et sur un module 32 kW l’exercice pourra se voir bouclé en 30 minutes.

49 g/km

A l’issue de notre trop bref galop d’essai, durant lequel l’éco-conduite n’aura pas constitué la motivation principale (loin s’en faut), l’ordinateur de bord indiquait une consommation de 7,9 l/100 km, valeur des plus honorables pour un SUV de 400 ch carburant au sans plomb.

Attention toutefois, cette valeur n’est délivrée ici qu’à titre purement indicatif, sachant que dans le cadre d’un usage quotidien où l’on fera essentiellement appel au moteur électrique,  il sera tout à fait possible de descendre bien en-deça de ce chiffre.

En effet, rappelons que le « bon usage » d’un moteur hybride rechargeable consiste à brancher l’unité électrique à chaque fois que la possibilité en est offerte, de façon à utiliser celle-ci au maximum et ainsi optimiser les consommations de carburant. Pour vous en convaincre, nous vous renvoyons notamment aux tests en condition réelles que nous avions réalisés à l’automne dernier.

Mais revenons à notre F-Pace, qui grâce à son attelage mixte revendique des émissions moyennes de CO2 « officielles » de 49 g/km, valeur à comparer (ou pas) aux 194 g/km de la version six cylindres diesel développant 300 ch et aux 221 grammes de la version essence 3.0.

Léger lifting

Bien qu’âgée de 5 ans, l’auto n’a pour ainsi dire pas vieilli. Un subtil restylage de mi-carrière, intervenu à l’automne 2020, s’est notamment traduit l’apparition d’un capot et de boucliers avant et arrière légèrement redessinés, mais aussi d’une nouvelle signature lumineuse formant deux J couchés. D’efficaces feux matriciels sont disponibles en option.

A bord, le restylage se traduit par l'apparition d'un écran 11,4 pouces HD greffé sur la console centrale. Dans un monde parfait, celui-ci s'y serait parfaitement fondu, de façon à ne pas apparaître comme "posé". Il ne fait aucun doute que Jaguar travaille sur ce point pour le F-pace de prochaine génération.
A bord, le restylage se traduit par l’apparition d’un écran 11,4 pouces HD greffé sur la console centrale. Dans un monde parfait, celui-ci s’y serait parfaitement fondu, de façon à ne pas apparaître comme “posé”. Il ne fait aucun doute que Jaguar travaille sur ce point pour le F-pace de prochaine génération.


La marque a également travaillé sur les boutons parsemant l’habitacle pour en améliorer la qualité perçue, et l’ensemble fleure effectivement bon le premium. Aucune fausse note n’est à déplorer en termes de qualité des matériaux et de finition, on en a pour son argent.

Bien sûr, toutes les aides à la conduite que l’on est en droit d’attendre d’un véhicule de ce type sont disponibles, en série ou en option selon le niveau de finition.

Avec sa banquette arrière rabattable en trois parties selon un découpage 40/20/40, le F-Pace n’oublie pas d’être pratique. La présence de la batterie électrique réduit le volume de coffre à 619 litres (valeur qui reste correcte), contre 793 litres pour les versions 100% thermiques.
Avec sa banquette arrière rabattable en trois parties selon un découpage 40/20/40, le F-Pace n’oublie pas d’être pratique. La présence de la batterie électrique réduit le volume de coffre à 619 litres (valeur qui reste correcte), contre 793 litres pour les versions 100% thermiques.


Convaincant au volant

A l’usage, ce véhicule sait faire oublier sa surcharge pondérale (124 kilos de plus qu’un BMW X3 xDrive 30e hybride de 292 ch, par exemple) pour faire preuve d’un bel allant. Bien amorti, bénéficiant d’un train avant précis et d’une direction à la consistance agréable, le F-Type PHEV P400e se révèle un excellent compagnon de route.

Les accélérations sont franches et les dépassements tiennent de la formalité par la grâce du couple élevé (640 Nm) disponible dès les plus bas régimes. Et si la boîte de vitesses auto ZF à 8 rapports (la seule disponible dans la gamme, avec quelques spécificités en fonction du moteur auquel elle s’accouple) fait preuve d’un brin d’inertie en mode Confort, notamment sur parcours sinueux, tout rentre dans l’ordre en mode Dynamic, dont l’activation se traduit par l’apparition d’éléments rougeoyants sur le combiné d’instrumentation numérique.

L’échappement change alors de tonalité pour une modulation de tons graves qui imite de façon aussi artificielle que plaisante les jappements d’un V6 bien né, achevant de convaincre le conducteur que l’écologie, parfois punitive, sait aussi se montrer assez jouissive.

Un mot sur les tarifs, pour terminer. Affiché à partir de 72 290 €, ce F-Pace hybride revient à 5 600 € de plus que la version diesel 300 ch à finition égale. Un surcoût finalement assez indolore dans cette sphère de tarifs, d’autant que la version hybride rechargeable aura l’avantage de pouvoir accéder aux centres urbains sans difficultés dans les années à venir, ce qui sera de plus en plus difficile avec son homologue carburant au gazole.

Même avec des roues de 21 pouces, le F-Type préserve un bon confort d’amortissement.
Même avec des roues de 21 pouces, le F-Type préserve un bon confort d’amortissement.


Caradisiac

Source link

Newsletter