Actu

votre assurance voiture pour taxi

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Obligatoirement titulaires d’un Certificat de capacité professionnelle du conducteur de taxi, les chauffeurs de taxi ont le statut de transporteurs professionnels. Selon les textes, ils font partie des personnes réalisant des transports de personnes rémunérés avec un véhicule de moins de 10 places. A ce titre, l’assurance voiture de monsieur tout le monde n’est pas suffisante et une assurance spécifique leur est imposée par l’article L3120-4 du Code des transports.

Ainsi, l’assurance taxi minimale est la responsabilité civile professionnelle. Voilà pour la base et pour planter le décor. Mais le statut de chauffeur de taxi cache plusieurs typologies de professionnels, et à chaque typologie correspond un cadre assurantiel spécifique : les chauffeurs indépendants n’auront en effet pas forcément la même assurance que les conducteurs locataires ou salariés. Revue de détails.

Quelle assurance taxi pour les chauffeurs de taxi indépendants ?

La grande majorité des chauffeurs de taxis sont des indépendants. Travaillant à leur propre compte, titulaires d’une licence, ils sont alors propriétaires de leur véhicule et ne sont pas affiliés à une grande compagnie. Pour leur assurance taxi, les chauffeurs indépendants doivent donc impérativement souscrire une assurance auto professionnelle et, au minimum, une responsabilité civile professionnelle.

Cette assurance taxi sera obligatoirement au nom du conducteur. En fonction de son budget, de ses besoins et de ses exigences, le chauffeur de taxi indépendant pourra opter pour les garanties complémentaires qui viendront sécuriser encore plus la pratique de son métier au quotidien.

Quelle assurance taxi pour les conducteurs locataires ou salariés ?

Tant qu’ils sont possesseurs d’une carte professionnelle, les chauffeurs de taxis peuvent exercer leur métier sans forcément être propriétaires de ce type de véhicule. Qu’ils soient alors conducteurs locataires ou conducteurs salariés, la souscription d’une assurance taxi ne leur incombe pas puisque c’est toujours le propriétaire du taxi qui doit assurer son véhicule.

Ainsi, un contrat de salarié ou un contrat de locataire exonère le chauffeur de contracter une assurance taxi. Ceci dit, la réalité peut cacher des situations diverses et variées qui doivent inciter le chauffeur de taxi à rester vigilant :

  • Toujours vérifier son contrat de travail ou de location pour être sûr de ne pas être pris en défaut en cas de sinistre
  • Augmenter éventuellement la couverture de base proposée par le propriétaire en souscrivant des garanties complémentaires jugées indispensables

Quelles sont les garanties proposées par les assurances taxi ?

Les assurances taxis proposent généralement 2 grandes catégories de contrat :

  1. Le contrat de base (la responsabilité civile professionnelle). Comme l’assurance au tiers des contrats pour particulier, le contrat de base couvre la réparation des dommages matériels ou corporels causés à des tiers. Mais il est heureusement mieux disant pour les chauffeurs de taxi indépendants ou les propriétaires des véhicules puisqu’il couvre également les dommages corporels du conducteur ainsi que les risques de vol, d’incendie, de bris de glace ou encore les dégradations involontaires d’un bagage par exemple. Sans oublier une assistance juridique bien pratique en cas de litige important avec un client. Sans oublier également les sinistres « immatériels » subis par les clients, comme une erreur de parcours responsable par exemple d’un vol long-courrier raté.
  2. La formule complète. Elle est constituée par la responsabilité civile professionnelle améliorée par des garanties supplémentaires sur mesure en fonction des besoins spécifiques. Au premier rang de ces garanties supplémentaires, une grande majorité des chauffeurs choisissent l’équivalent de l’option « tous risques » pour les particuliers, leur permettant d’être remboursés totalement pour les réparations de leur véhicule en cas d’accident. En cas d’immobilisation du taxi, certaines options prévoient le prêt d’un véhicule de remplacement, bien pratique pour ne pas subir de pertes d’exploitation trop importantes. Les chauffeurs de taxis peuvent également opter pour une garantie dépannage, idéale en cas de panne sur la voie publique, aussi bien pour le véhicule que pour les clients qui seront alors pris en charge. Confrontés à une augmentation inquiétante et régulière des actes délictueux à bord de leurs véhicules, de plus en plus de professionnels décident désormais de souscrire une assurance contre les agressions et le vandalisme, ce qui leur permet de prétendre à un dédommagement si besoin. Certaines assurances proposent également la couverture des aménagements spécifiques du véhicule : horodateur, compteur, enseignes lumineuses externes…
Bon à savoir#1

Qui dit conduite 8 à 10 heure par jour dit risque accru (c’est mathématique, malgré la plus grande des prudences…) de perdre des points sur son permis de conduire. Certaines assurances taxi prévoient donc la prise en charge des stages de récupération de points.

    Bon à savoir#2  

    En cas de défaut d’assurance, le chauffeur de taxi encourt une contravention de 5ème classe ainsi qu’un éventuel retrait (temporaire ou définitif) de sa carte professionnelle.

    Comment souscrire une assurance taxi aux meilleures conditions ?

    Comme toutes les autres assurances automobiles du marché (pour particuliers ou professionnels), l’assurance taxi est proposée et commercialisée par les plus grandes compagnies d’assurances. Afin de les mettre en concurrence de manière exhaustive en quelques secondes, il suffit d’utiliser un comparateur d’assurances auto en ligne, disponible gratuitement et sans engagement.

    En vous connectant par exemple sur LeLynx.fr, vous pourrez accéder en toute simplicité à toutes les simulations utiles en fonction de vos besoins précis, afin de choisir la mieux disante sans risque de se tromper. Et si vous trouvez moins cher que votre assurance actuelle, n’oubliez pas que la loi Hamon vous permet de résilier votre contrat sans préavis et sans explications au terme de la première année de souscription.

    Être chauffeur de taxi, mode d’emploi

    Contrairement à un chauffeur VTC, si vous voulez exercer le métier de chauffeur de taxi, il vous faudra :

    • Être titulaire du permis B
    • Être reconnu physiquement apte par un médecin agréé
    • Posséder un casier judiciaire exempt de toute condamnation incompatible avec l’exercice de la profession (conduite en état d’ivresse, conduite sans permis, condamnation à plus de 6 mois de prison…)
    • Passer avec succès l’examen du certificat de capacité professionnelle, synonyme d’obtention de la carte professionnelle de chauffeur de taxi Détenir une licence de taxi (autorisation de stationnement – ADS – dans le jargon) ou exercer comme salarié ou locataire d’un titulaire d’une ADS

Turbo

Source link

Newsletter