Actu

quel est le meilleur choix ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Autant l’avouer tout de suite : donner un classement des meilleures assurances auto jeune conducteur 2020-2021 à un instant T est parfaitement illusoire ! Pour la bonne et simple raison qu’il y a autant de formules d’assurances que de jeunes conducteurs souhaitant assurer un premier véhicule.

Comme nous le verrons, le tarif d’une assurance voiture (celui des assurances auto jeune conducteur mais également celui de toutes les assurances) peut varier du tout au tout en fonction du profil du jeune conducteur, du véhicule à assurer et de la formule d’assurance retenue.

Ainsi, une assurance « bien placée » en fonction de tels ou tels paramètres peut s’avérer beaucoup moins-disante avec une garantie sur mesure en plus ou en moins. Alors, pour essayer de répondre tout de même à la question du classement, le plus simple est de reformuler l’énoncé comme suit : comment choisir la meilleure assurance auto jeune conducteur couvrant ses besoins au plus près ? Et donc, la moins chère possible… Pour suivre le guide en quatre conseils gagnants, c’est ici !

Si vous souhaitez obtenir la meilleure assurance auto jeune conducteur, ne laissez rien au hasard

Que vous veniez d’avoir 18 ou 45 ans, seule la date d’obtention de votre permis (moins de 3 ans) vous autorise à mériter l’appellation jeune conducteur. Pas seulement en vérité : vous serez également considéré comme jeune conducteur par un assureur si vous n’avez jamais été assuré ou si votre permis a été annulé suite à une conduite suffisamment coupable aux yeux de la loi. Mais, dans les faits, la grande majorité des jeunes conducteurs sont des conducteurs jeunes à qui les compagnies vont faire payer (très) cher leur inexpérience au volant. Heureusement, il existe quelques moyens (tout à fait légaux) de faire (un peu) baisser la note.

Bon à savoir :

Pour un assureur, ne jamais avoir été assuré ne signifie pas nécessairement ne pas avoir d’expérience au volant. Cela peut par exemple signifier tout simplement ne jamais avoir eu de contrat d’assurance à votre nom !

Ainsi, vous pouvez avoir conduit une voiture de fonction pendant 20 ans (avec un contrat au nom de la société qui vous emploie) et être considéré comme jeune conducteur le jour où vous voudrez faire assurer votre propre voiture particulière.

Idem, demander à votre père d’assurer votre voiture et de vous inscrire comme deuxième conducteur est une bonne idée financièrement parlant mais absolument pas pour le sujet qui nous occupe. Trois ans plus tard, vous serez toujours un jeune conducteur (« conducteur novice ») au sens du code des assurances. Et vous devrez vous acquitter de la surprime (voir plus bas Conseil n°3) quand vous voudrez assurer une voiture à votre seul nom…

Conseil n°1 : choisir la formule d’assurance la moins chère

Tout le monde connaît l’assurance tous risques, la plus recherchée, la plus complète et la plus chère des assurances, mais peut-être ne connaissez-vous les 2 autres formules, l’assurance au tiers et l’assurance au tiers étendu (également appelée assurance intermédiaire). Inutile de finasser : si vous êtes jeune conducteur, vous avez toutes les chances d’être fauché, encore plus après avoir passé votre permis et acheté votre première voiture !

Alors pas d’hésitation : choisissez l’assurance au tiers, la moins chère des 3 formules. C’est la couverture minimale légale (la responsabilité civile) qui vous permettra enfin de conduire votre propre voiture. Bien sûr, votre assureur ne vous remboursera pas votre bolide si vous vous le faites voler ou si vous devez le faire réparer suite à un accident matériel dont vous êtes la cause.

Mais, au moins, il prendra en charge l’intégralité des dégâts que vous aurez causés à un tiers après un sinistre responsable. Et vous serez assuré, et vous pourrez donc rouler en toute légalité : c’est bien ça que vous voulez, non ?

Conseil n°2 : bien choisir sa voiture

Chronologiquement, mieux aurait valu pour vous bien choisir votre voiture avant de choisir votre formule d’assurance ! Espérons qu’il n’est pas trop tard. Car vous l’aurez bien compris : l’assurance au tiers est particulièrement bien adaptée à une voiture de faible valeur (et donc d’occasion), si possible avec un kilométrage élevé.

Non seulement vous n’aurez pas peur de l’égratigner suite à des premières manœuvres pas toujours parfaitement maîtrisées, mais vous ne craindrez pas de vous la faire voler ou vandaliser (a fortiori si vous la garez sur la voie publique toutes les nuits). Et donc pas besoin d’assurance contre le vol et le vandalisme.

Et donc pas de surcoûts inutiles côté assurance… Les chiffres démontrent également que jeune conducteur et voiture puissante ne font pas bon ménage en termes d’accidents de la route. Ce que les assureurs ont parfaitement pris en compte, qui refusent quasiment tous aux jeunes conducteurs d’assurer des voitures de plus de 6 CV.

Conseil n°3 : passer le permis de conduite via la conduite accompagnée

Encore un conseil qui vient bien trop tard… Parce que si vous lisez cet article, c’est que vous avez certainement déjà votre permis… Et que vous ne l’avez peut-être pas passé sous le régime de la conduite accompagnée.

Mais si vous n’avez pas encore le précieux sésame en poche et que vous avez le choix (qui se résume le plus souvent à des parents vraiment cool… et qui ont déjà une voiture), n’hésitez pas une seule seconde. Parce que la conduite accompagnée ne présente que des atouts, y compris et surtout celui de diviser par 2 le montant de la surprime que les assureurs font payer au jeune conducteur désireux d’assurer sa première voiture !

De base, la première année, la surprime en question est de 100% (soit 2 fois le tarif consenti à un conducteur expérimenté !). Si votre permis est conduite accompagnée contrôlée, la surprime ne sera « que » de 50% !

La raison ? Un conducteur passé par les mains de la conduite accompagnée est plus expérimenté (parce qu’il a conduit statistiquement plus d’heures que ses petits camarades des auto-écoles classiques) et donc moins dangereux, chiffres des accidents de la route à l’appui. Et ce moindre danger est récompensé par les assureurs qui allègent sensiblement la note.

Conseil n°4 : comparer, comparer, comparer

Quelle que soit votre inclination politique, vous allez expérimenter ce que mise en concurrence veut dire. Et vous allez adorer ça ! Un comparateur d’assurance voiture jeune conducteur permettra de viser la meilleure assurance auto jeune conducteur. Certains, sûrs de leur fait, se jettent sur la compagnie d’assurance de leurs parents, persuadés de ne pouvoir jamais trouver ni mieux ni moins cher.

Mais, s’il évite de se poser trop de questions, ce calcul est souvent décevant et contre-productif : certes l’assureur parental consentira à faire un effort pour gagner les faveurs du petit dernier, mais les gains à l’arrivée (de l’ordre de 10%) sont négligeables par rapport à ce que vous pouvez trouver sur le marché en cherchant bien. Et pour bien chercher, inutile de chercher bien longtemps : il vous suffit de réaliser une simulation d’assurance voiture en ligne. Il en existe un nombre important, souvent très efficaces et performants.

Pour notre part, nous avons un faible pour LeLynx.fr. Parfaitement gratuit, anonyme et sans engagement, il est d’un emploi hyper-intuitif et il vous permettra de scanner les offres disponibles sur le marché afin de choisir une formule d’assurance jeune conducteur pas chère. Vous pourrez alors opter pour une assurance auto, en toute transparence. Ou recommencer vos simulations autant de fois que nécessaire en changeant tel ou tel paramètre.

Par exemple en ajoutant une garantie complémentaire correspondant à un besoin précis en fonction du véhicule acheté. Si vos parents ou votre oncle vous ont par exemple donné une voiture quasi-neuve au faible kilométrage, vous voudrez peut-être l’assurer contre le vol.

Grâce à la formule au tiers étendu, vous pouvez alors choisir sur mesure l’assurance contre le vol et connaître en quelques secondes le surcoût occasionné par cette couverture.

En conclusion : la meilleure assurance auto jeune conducteur est à votre portée !

Par définition, un jeune conducteur est inexpérimenté et donc plus passible de causer un accident responsable pendant les 3 premières années de conduite. De ce côté, les compagnies d’assurance ne vous feront aucun cadeau et il est parfaitement illusoire de penser pouvoir passer entre les gouttes.

Mais, on l’a vu, vous avez plusieurs leviers à actionner pour alléger la note autant que faire se peut. Outre les conseils de bon sens (préférer l’assurance au tiers et une voiture de faible valeur, si possible à motorisation essence, conseil n°5…), le « secret » réside tout entier dans la mise en concurrence. Pour ça, les comparateurs en ligne sont des outils tout trouvés qu’il vous faut absolument utiliser.

Quand le besoin s’en fait sentir ou simplement pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé le moment venu. Et vous n’êtes pas à l’abri d’une (très) bonne surprise. Les compagnies d’assurance font régulièrement des offres promotionnelles particulièrement attractives pour attirer de nouveaux clients qu’elles espèrent fidéliser sur le long terme.

A vous de mettre la main dessus quand elles se présentent au cours des simulations que vous allez faire. Et c’est peut-être en ce moment même… Vous n’avez rien à perdre d’aller jeter un œil. Maintenant ? Oui, tout de suite, sait-on jamais ?

Turbo

Source link

Newsletter