Essais

Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

 EN BREF

Nouvelle marque

1er modèle

SUV hybride rechargeable

41 500 €

 Difficile de coller un drapeau national sur Lynk&Co, marque créée en 2016. Sa famille est chinoise, son siège est en Suède et la paternité de son concept commercial revient à Alain Visseur, un Belge qui revendique une longue carrière dans les hautes sphères de Volvo. Disons que ceci est la première marque apatride. Mais bon, l’ancrage chinois reste tout de même dominant, puisque les modèles Lynk&Co font déjà carrière depuis 2017 dans l’Empire du Milieu, où ils sont d’ailleurs construits, en attendant également une probable production dans l’usine Volvo de Gand, en Belgique.

Après son marché local, c’est donc à l’Europe que s’attaque aujourd’hui Lynk&Co. Et le constructeur n’entend pas y importer que des véhicules, mais aussi un modèle commercial qui va encore un peu plus loin que celui de Tesla. En effet, comme la marque d’Elon Musk, la vente ne passe que par internet, puisque les quelques « Clubs » (nous y reviendrons) qui fleurissent ci et là ne sont pas des concessions à proprement parler. Et en fait, même la vente est un terme à prendre avec recul. Car ce que propose Lynk&Co, c’est une voiture sur abonnement, sans engagement. En clair : vous payez 500 € par mois, tout compris, pour avoir la voiture à votre entière disposition. Vous êtes ainsi membre du Club, ce qui vous donne aussi accès à l’appli mobile Lynk&Co, via laquelle vous pouvez mettre la voiture à la disposition de votre famille, de vos amis ou d’autres membres lorsque vous n’en avez pas besoin. Une mise à disposition moyennant rétribution bien sûr, au tarif que vous décidez, ce qui permet de récupérer une partie de l’abonnement mensuel… voire de faire un petit bénéfice. La formule ne vous convient plus ? Vous la résiliez à tout moment, puisqu’il n’y a aucune obligation de s’engager sur une période définie.

Au moment de lancer la formule en Europe en janvier dernier, Lynk&Co planchait sur 9 000 abonnements par an. En mai dernier, plus de 15 000 personnes avaient déjà manifesté leur intérêt. Toutes ne confirmeront pas, évidemment, mais cela prouve que l’idée a en effet ses adeptes. Et on pouvait s’y attendre, au moment où l’autopartage a le vent en poupe. Cela étant, il serait un peu idiot pour un constructeur de brider volontairement son potentiel en ne s’adressant qu’à une clientèle bien particulière, qui ne tient pas à posséder son véhicule. La Lynk&Co 01 est donc aussi proposé à l’achat, au prix fixe de 41 500 €. Et pour nous, c’est là que l’histoire devient intéressante…

Premier contact

Car à ce prix-là, qu’est-ce qu’on achète ? La Lynk&Co 01 est un SUV familial hybride rechargeable de 4,54 mètres de long, la catégorie de la Peugeot 3008, pour citer un cador du genre. Il reçoit un système hybride rechargeable composé d’un bloc essence 3 cylindres 1,5 litre 180ch, et d’un moteur électrique de 81 chevaux. Le système délivre donc au total 261 ch, ainsi que 425 Nm, dont 160 rien que pour la partie électrique, envoyés au train avant via une boîte auto 7 rapports. Tout cela est alimenté par des batteries de 17,6 kWh qui promettent une autonomie moyenne de 69 km, voire 81 en conduite strictement urbaine. Temps de recharge maximal sur simple prise domestique : 5 heures. Pour ce qui est de la fiche technique, c’est donc déjà du sérieux.

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo


Et on pensera ce qu’on veut du design mais il est tout sauf ordinaire. Il est bien proportionné, athlétique, et le travail esthétique des parties avant et arrière lui donne une bonne dose de caractère. En tout cas, à en juger par les réactions des badauds face à cet engin inconnu, il interpelle. Ce qui est bien mieux que de laisser de glace, vous en conviendrez !

À l’intérieur, ce n’est pas mal non plus. On découvre d’abord de très jolis sièges au design sportif et au revêtement soigné, confortables, offrant un excellent maintien.

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo


Il y a de l’espace que ce soit aux places arrière ou dans le coffre.

Les places arrière peuvent accueillir trois vrais adultes et dans le coffre, ce sont au moins 466 litres de bagages qui prendront place. Une valeur dans la bonne moyenne de la catégorie.

Sans être futuriste, le dessin de la planche de bord est agréable.
Sans être futuriste, le dessin de la planche de bord est agréable.


La planche de bord est elle aussi plutôt bien dessinée et ce qu’on apprécie principalement, c’est qu’elle ne joue pas la carte de la démonstration technologique. On a bien sûr un combiné d’instruments numérique de 12,3” devant soi, ainsi qu’un écran tactile 12,7” au centre, pour piloter toutes les fonctions de multimédia, de connectivité et de paramétrage du véhicule. Mais tout est remarquablement sobre et engendre une ambiance cossue de bon goût. Impression par ailleurs renforcée par une qualité de finition à laquelle on n’a rien à reprocher. Bref, plus on fait connaissance avec ce bel inconnu, plus on est sous le charme.

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo

Essai - Lynk&Co 01 : la Skoda de Volvo


Et plus on l’observe, plus on remarque les petites choses provenant clairement des étagères Volvo. La commande de boîte, les boutons du volant, les commodos d’essuie-glace et de clignos… Là, vous commencez à comprendre le titre de cet essai. Mais ces petites similitudes rendent finalement encore plus étonnant le fait que le système info-divertissement du Lynk&Co lui soit strictement propre. Alors que les systèmes sont pratiquement tous pareils d’un modèle PSA à l’autre, ou dans chaque modèle de chaque marque du groupe VW, celui du Lynk n’a absolument rien à voir avec celui de Volvo. Et c’est une bonne nouvelle, ce dernier étant à notre avis particulièrement confus. Non que le « Lynk » soit un modèle absolu d’intuitivité, mais il est en tout cas bien plus logique dans sa conception.

Caradisiac

Source link

Newsletter