28 juillet 2021
par Autocloser

Publicité

quelle est la meilleure affaire ?

La Sandero Stepway et la C3 partagent plusieurs points communs. A commencer par leur look de baroudeuses des villes et surtout leurs tarifs particulièrement compétitifs. Cependant ces deux citadines polyvalentes ont chacune des arguments bien à elles à faire valoir : un bloc Diesel pour la Citroën et un GPL pour la Dacia. Alors, quel est le meilleur choix ?

Avec la troisième génération de Sandero, le constat se confirme : Dacia ne cesse de monter en gamme. Et c’est d’autant plus vrai aujourd’hui, depuis qu’elle partage la majorité de ses éléments mécaniques avec la toute dernière Renault Clio. Pourtant, le constructeur conserve son principal point fort : en offrir plus pour un prix contenu ! En moyenne les tarifs sont 4.000 euros moins chers qu’une C3 équivalente.

Mais côté Citroën, la C3 fraichement restylée n’est pas en reste. Pas de grand changement pour son récent restylage. Tout simplement car elle n’en n’avait pas besoin. L’objectif était de mettre à jour les systèmes d’aides à la conduites et les technologies embarquées. Et c’est parfaitement suffisant. Elle se démarque surtout de la Dacia par son image : Citroën est un constructeur généraliste, et non low-cost…

Le match est d’autant plus intéressant que nous avons opté pour une C3 dotée d’une motorisation Diesel, indisponible chez Dacia et désormais chez la majorité des constructeurs dans ce segment (C3 BlueHDI 100 : à partir de 19.600 euros).

En revanche, la Sandero Stepway est proposée avec le bloc essence TCE 100 Eco-G, fonctionnant aussi bien en essence qu’en GPL… On va voir quel est le meilleur choix (Sandero Stepway Eco-G 100 : à partir de 14.190 euros).

La Sandero Stepway n’a pas à rougir

Il n’y a pas à dire, la nouvelle génération de Sandero Stepway est vraiment très réussie. Avec ses optiques modernes, ses jantes plutôt sympas ou encore ses skis de protection, elle n’a plus du tout l’allure d’un modèle low-cost. Le constat se confirme lorsque nous examinons quelques détails : les poignées de portes, le bouton d’ouverture du coffre ou encore l’antenne sont dignes d’un modèle généraliste. Seule fausse note, les protections latérales sur les flancs de la carrosserie sont en fait des autocollants. Un peu cheap pour le coup il faut l’avouer.

Dans l’esprit baroudeuse des villes, la C3 quant à elle dispose de vrais Airbumps, fonctionnels et esthétiques. Ses jantes sont de diamètre identique. Globalement, le look est un peu plus moderne et recherché. Citroën propose surtout 97 combinaisons de couleurs pour personnaliser sa voiture à son goût. Par contre, contrairement à la Dacia, la C3 ne dispose pas de barres de toit. Ce qui la rend un peu moins polyvalente.

Sandero plus familiale ?

C’est en confrontant les habitacles que les premières grosses surprises apparaissent. En effet la Sandero Stepway continue d’étonner en présentant une ambiance particulièrement sympa. La qualité perçue des matériaux est plutôt flatteuse. On apprécie le tissu parcourant tout la planche de bord ainsi que les inserts de couleur sur les aérateurs. Les rangements sont nombreux, le volant est désormais réglable sur deux axes, et aucun équipement ne manque à l’appel : climatisation auto, régulateur de vitesse, caméra de recul ou encore frein de stationnement électrique. Elle se démarque même de la C3 par une connexion multimédia sans fil à l’écran de 8 pouces et un système de freinage d’urgence !

Coté Citroën, l’atmosphère se montre plus ludique. On voit immédiatement que les finitions sont globalement de meilleur niveau. Mais on note par contre que le système multimédia commence à dater et qu’il est implanté un peu trop bas. En effet le plus dérangeant concerne surtout l’ergonomie. Commander la climatisation notamment impose de trifouiller l’écran central. Ce n’est pas très intuitif. En revanche, quel confort ! Les sièges sont moelleux tout en assurant un meilleur maintien. Et en termes d’équipements, elle se démarque par des rétros rabattables, quatre vitres électriques à impulsion, ainsi que l’alerte de franchissement de ligne et la reconnaissance des panneaux de signalisation.

Mais c’est surtout l’habitabilité qui va intéresser les familles. La Sandero est 10 cm plus longue que la C3 (Sandero : 4,10 m / C3 : 3.99 m). Et cela se retrouve en termes d’hospitalité en offrant un peu plus de place aux jambes à l’arrière.

La C3 se rattrape par une banquette plus enveloppante et confortable. Mais la Sandero enfonce le clou avec un coffre un peu plus vaste (Sandero : 328 litres / C3 : 300 litres).

Diesel vs GPL

Dotée de sa nouvelle direction à assistance électrique, la Sandero Stepway ne cesse de nous étonner. La conduite est assez précise. Le train avant est informatif. Globalement le comportement se révèle particulièrement sain, grâce à une bonne rigidité et des mouvements de caisse bien contenus (au regard de la garde au sol surélevée).

Le petit 3 cylindres essence TCE 100 Eco-G se montre quant à lui plutôt agréable. Suffisamment vigoureux, il permet à la Sandero de réaliser le 0 à 100 km/h en 11,6 s. Par contre, ça vibre un peu. Et une fois sur voie rapide, on se rend compte qu’une meilleure insonorisation n’aurait pas été du luxe. 

Mais une fois au volant de la C3, le constat est clair : c’est mieux à tous les niveaux. Le châssis est clairement plus dynamique, le train avant plus précis. Et nous qui trouvions la Sandero confortable, nous découvrons à bord de la C3 le plaisir d’une vraie suspension Citroën !

Autre surprise : le quatre cylindres 1.5 litre Diesel BlueHDI 100 est à la fois plus discret et plus énergique que le bloc TCE de la Dacia. Ainsi , la C3 réalise le 0 à 100 km/h en 10,4 s.

Mais qu’en est-il de la consommation ? Et du coût final à la pompe ? En l’occurrence, la C3 dispose d’un réservoir de 42 litres. Nous avons constaté une consommation moyenne de 4,9 l/100 km. En clair, elle ne consomme rien ! Mais au prix d’1,45 euro le litre de Diesel, le plein nous aura coûté 60,9 euros.

Pour sa part, notre Sandero Stepway est équipée de série en bi-carburation. Elle dispose de deux réservoirs : 50 litres d’essence et 40 litres de GPL. Nous avons tourné autour de 7,4 l/100 km en GPL et de 6,5 l/100 km en essence. Pour parcourir la même distance que la C3, nous avons ainsi consommé 40 litres de GPL à 0,785 euro le litre (soit 31,4 euros) + 10 litres d’essence à 1,55 euro (soit 15,5 euros). Ce qui nous mène à une note finale de 46,9 euros. Soit près de 15 euros d’économisés ! Tout en conservant encore 40 litres d’essence.

M6 Turbo

Source link

Publicité