7 septembre 2021
par M L

Publicité

La Renault 4 fête ses 60 ans !

La populaire Renault 4 célèbre cette année son soixantième anniversaire. Plus connue sous le surnom de « 4L » et conçue comme la concurrente moderne de la Citroën 2 CV, elle a rapidement su convaincre le public par la diversité de ses variantes et la multitude de ses usages. En plus de trente ans de présence au catalogue Renault, la 4L a été produite à plus de 8 135 424 exemplaires. Retour sur la carrière de première « Voiture à vivre ».

Renault 4 : la riposte de la Régie face à la 2CV

C’est Pierre Dreyfus, à la tête de la Régie Renault depuis 1955, qui initia la riposte face à l’immense succès de son grand concurrent français, la Citroën 2CV. Constatant que de la marque au losange ne construisait que des voitures pour les citadins, contrairement à Citroën, qui produisait surtout des « voitures des champs », il réfléchit à un véhicule polyvalent. Féru de sociologie, Pierre Dreyfus avait perçu les évolutions de la société : l’exode rural entraînant de nouveaux besoins de mobilité et le rôle grandissant de la femme, entre autres. La 4L fut la réponse de Renault à ces changements : une voiture au volume bicorps, aussi à l’aise à la ville qu’à la campagne, la semaine que les week-ends. La Renault 4 doit être, selon ses propres termes, à l’image du « Blue Jeans »,  ce vêtement « que l’on peut porter en toutes circonstances si l’on n’a pas de prétention au snobisme et au conformisme social, qui vous rend tous les services, qu’on traîne partout, qui ne coûte pas cher, qu’on peut remplacer sans se sentir dépaysé ». Ainsi fut imaginée la remplaçante de la 4 CV, qui avait donc pour objectif principal la polyvalence.

Renault 4 de 1968 avec sa calandre intégrant les phares

Le succès immédiat

Baptisée projet 350, référence à son prix qui ne doit pas excéder 350 000 anciens francs , la 4L fait entrer Renault dans une ère moderne. Avec sa silhouette bicorps à hayon particulièrement novatrice à l’époque, ce véhicule populaire est une traction propulsée par le moteur de 747 cm3 de la 4 CV. Il détonne dans la gamme Renault très datée « fifities », entre les 4CV toujours produites alors, et les Dauphine, Frégate ou Floride. Présentée en 1961, en même temps que sa version fourgonnette, le succès fut immédiat. La R4 ringardisa même le concept de la 2CV vieille de 12 ans, en conservant certains de ses fondamentaux (comme une certaine hauteur de plafond permettant à deux gendarmes de rouler avec leurs képis) et tout en y ajoutant d’autres (comme un véritable hayon, un plancher plat). D’ailleurs, dès 1962, la 4L prit la tête des ventes jusqu’en 1965, puis également en 1967 et 1968. Son design influença d’ailleurs durablement celui des futures Renault : R6, R16, R20, …

Séduire une clientèle féminine

Pour séduire la clientèle féminine et ainsi élargir sa clientèle, Renault eu l’idée de prêter à des conductrices des véhicules habillés d’un élégant décor «façon cannage», en coopération avec un célèbre magazine de mode. Le modèle intégra le catalogue en 1963 sous l’appellation « La Parisienne« . Cette version est aujourd’hui l’une des plus rares et des plus convoitées par les collectionnneurs.

30 ans d’évolution et de succès

Le 4 cylindres Billancourt ne cessa d’évoluer au cours de la longue carrière de la Renault 4 et, pour maintenir constamment ses ventes, les hommes de la Régie ont imaginé toutes sortes de dérivés et de séries spéciales au fil du temps : de la Plein Air (concurrente de la Méhari, qui fit un flop), à La Parisienne en passant par les Safari, Jogging, Sixties, Savanne, Clan, Carte Jeune et Bye Bye, … Une imagination débordante qui permit de maintenir à flot les ventes durant plus de 30 ans.

La gamme R4 de 1975, avec sa calandre noire

Plus de 8 millions d’exemplaires produits

Déclinée en multiples version, la 4L est restée près de 32 ans au catalogue Renault. Plus de 8 millions d’exemplaires ont été produits durant sa longue carrière, pour obtenir le titre de voiture française la plus vendue. Titre qu’elle détiendra jusqu’à la Peugeot 206. Pierre Dreyfus ne se doutait sûrement pas en 1962, lorsque sa 4L prit la tête des ventes en France, qu’elle serait encore fabriquée jusqu’en 1992 !

Pour en savoir plus, découvrez les articles de Motor1 et de Carjager.

A paraître le 6 octobre : Incroyable 4L, Aurélien Charles / éditions Larousse

Incroyable 4L, Aurélien Charles / éditions Larousse

Publicité