Les voitures françaises que vous avez totalement oubliées en 2021


On le répète depuis le début de l’année, le marché automobile français n’a pas vraiment brillé par ses résultats en 2021 avec des immatriculations seulement en très légère hausse par rapport à 2020, une année logiquement très peu reluisante compte tenu de la crise sanitaire qui a secoué le monde. Mais revenons-en à 2021 et faisons le tour des plus gros gadins parmi les modèles français.

Renault Twingo (-32,5 %) et Zoé (-37 %) : l’électrique ne fait pas tout pour ces citadines

Renault Twingo : -32,5 % © Etienne RovilléRenault Zoé : -37 % © Renault

Chez Renault, les citadines ont plongé en 2021, et pas qu’un peu. La Twingo souffre de la disparition des modèles essence de 75 et 95 ch. Aujourd’hui, si vous voulez plus que les 65 ch du moteur restant (un peu juste pour animer cette citadine), il faut obligatoirement vous diriger vers la version électrique délivrant 82 ch, forcément moins polyvalente et plus chère que les versions thermiques disparues. De fait, les immatriculations des versions essence ont été divisées par 2 en 2021, et le succès du modèle électrique (+290,7 % en 2021, 8 837 unités écoulées) n’a pas suffi à compenser cette chute puisque ses volumes restent malgré tout inférieurs à ceux de la version essence (20 274 exemplaires vendus).

Autre modèle urbain du Losange à reculer en 2021, la Zoé. Surprenant de prime abord surtout quand on se souvient qu’elle avait justement affolé les compteurs en 2020 et atterri dans le top 10 des modèles les plus vendus, tous modèles confondus. Mais justement, elle avait été boostée par les aides gouvernementales, un peu trop peut-être, elle revient aujourd’hui à des niveaux plus classiques. Sa 16ème place au classement général est d’ailleurs toujours très correcte. Et il ne faut pas oublier que la concurrence est de plus en plus rude aujourd’hui et que, chez les modèles électriques, le classement peut vite être chamboulé par les dernières nouveautés.

Peugeot 308 (-41,2 %), Renault Kangoo (-34,5 %) : vivement les nouvelles générations !

Peugeot 308 : -41,2 % © Bernard RouffignacRenault Kangoo : - 34,5 % © T.Antoine

Transition difficile pour la Peugeot 308, traditionnellement bien classée. Elle perd 9 places au classement général (19ème) et finit derrière les Renault Mégane (11ème) et Citroën C4 (17ème). Entre le recul des ventes logiques de la dernière génération et les difficultés d’approvisionnement de la nouvelle génération, elle a vécu une année noire, mais elle devrait reprendre du poil de la bête en 2022. Situation très semblable pour le Renault Kangoo qui a été profondément revu, comme la compacte, en 2021. Les résultats 2022 devraient voir la situation s’améliorer, surtout que la concurrence des Citroën Berlingo et Peugeot Rifter sera moins rude, nous allons y revenir.

Renault Kadjar (-42,4 %), et Espace (-57,5 %) : des modèles en fin de vie et qui n’ont jamais rencontré le succès escompté

Renault Kadjar : -42,4 % © HAVERIC, EmirEspace : -57,5 % © Renault

Le Renault Kadjar comme l’Espace n’ont jamais été des best-sellers dans leur genre. Et l’un comme l’autre sont en fin de carrière. Le premier surtout puisque son remplaçant, l’Austral (c’est dire à quel point la marque au Losange ne le considère pas comme une réussite puisqu’elle a décidé de changer le nom de son SUV compact !), sera présenté aux beaux jours et devrait être commercialisé d’ici la fin de l’année. Les résultats de l’Espace sont d’autant plus inquiétants que lui survivra à l’année 2022, contrairement à son petit-frère, mais probablement pas à la suivante. Il faut dire qu’entre le malus CO2 plus élevé (comptez entre 3 784 € et 4 543€ selon le modèle choisi) et celui au poids qui pourrait concerner certains modèles, il va souffrir cette année.

Citroën C4 SpaceTourer (-33,6 %), Renault Scénic (-41,6 %) : le genre des monospaces compacts à l’abandon

Grand C4 Spacetourer : -33,6 % © CitroënScénic : - 41,6 % © Renault

Autrefois de véritables stars sur le marché français, les Citroën C4 SpaceTourer et Renault Scénic sont aujourd’hui sur le départ, comme la quasi-totalité des monospaces. La version courte de ce dernier disparaîtra du catalogue dès cette année. La version longue devrait être conservée jusqu’à ce que Renault présente son Austral 7 places, courant 2023. Le monospace aux Chevrons n’existe déjà plus qu’en 7 places, et il pourrait aussi s’en aller cette année, bien que la marque ne le confirme pas encore officiellement.

Citroën Berlingo (- 38,7 %) et Peugeot Rifter (- 41,8 %) : des ludospaces en péril

Berlingo : -38,7 % © CitroënRifter : -41,8 % © Peugeot

Intérêt croissant des acheteurs français pour les SUV, malus (encore que, pas vraiment dissuasif sur ces modèles), les ludospaces ont du plomb dans l’aile et les Citroën Berlingo et Peugeot Rifter ne font pas exception à la règle. Et leurs ventes, déjà faibles en 2021, ne remonteront pas en 2022. C’est que ces deux modèles ne sont plus disponibles qu’en version électrique depuis le début de l’année, ce qui revient plus ou moins à signer leur arrêt de mort. Renault qui n’a pas prévu d’arrêter le thermique sur son Kangoo doit s’en frotter les mains !





Source link

Written by Autocloser

Volkswagen ID.4 : quelles versions choisir ?

Il oublie d’abaisser sa benne, les câbles électriques l’empêchent d’aller plus loin