Essai – Mercedes EQB : 7 places à prix abordable !

Le Mercedes EQB est le seul SUV électrique à sept places sur le marché aujourd’hui. Il y a une raison à cela, car dans ce segment, il faut forcément certains compromis. Le prix n’est pas exorbitant. L’EQB 250 démarre à 52 700 €. Bien sûr la version 350 est plus dure à digérer : 64 150 euros. Pour ne pas alourdir le coût de sa benjamine, Mercedes se contente de rejeter les modèles chauds en versions électriques. Autrement dit, contrairement aux autres modèles Etoile, l’EQB ne bénéficie pas d’une architecture dédiée. C’est très simple, la version électrique du GLB mise en vente il y a deux ans.

Long, lourd et spacieux

Il faut dire que le GLB représente une bonne base de travail. C’est énorme dans sa catégorie. Le long de ses 4,69 m (soit + 4cm), l’EQB flirte directement avec la partie haute. Il est même 2 cm plus long que le GLC (l’EQC est rallongé à 4,76 m). En fait, les profils avant et arrière ont été complètement revus pour s’adapter à l’optique et aux codes de style spécifiques au modèle EQ. Il gagne en grâce ce qu’il perd en aventure. Mais contrairement à nos attentes, ce kit carrosserie particulier n’améliore pas l’aérodynamisme pour un sou.

Un seul niveau de finition

En tout cas, sur le bateau, nous sommes tous dans des lieux familiers. EQB reprend le mobilier commandé sur la Classe A en 2018. Sa différence est le bandeau rétro-éclairé faisant face au siège passager. Mais il n’a pas à rougir car l’ambiance est toujours moderne et le système multimédia n’a pas grand-chose à envier aux références. Il en faisait même partie. Tant qu’on ne fait pas trop attention à la partie inférieure, la finition est un bon standard pour le segment. Il faut aussi dire que l’EQB 350 n’est disponible que dans la version haut de gamme AMG Line. Contrairement à l’EQB 250, il est également disponible sur la Progressive Line. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est la réceptivité. Premier constat intéressant : la batterie intégrée dans le plancher n’affecte en rien l’habitabilité. Avec un empattement de 2,83 m et un hayon très vertical, l’EQB peut facilement occuper deux places au troisième rang.

Carrosserie idéale pour 7 places

Selon le dossier de presse de Mercedes, “ces sièges de troisième rangée sont réservés aux personnes mesurant jusqu’à 1,65 m”. C’est vrai, sinon il risquerait de se coincer au niveau du bouclier du toit. Mais les passages étroits suggèrent surtout qu’ils ont été conçus pour les enfants en premier lieu. Ces derniers, en revanche, iront très bien, ils ne mettront pas le genou sur le menton. Il suffit d’avancer légèrement les banquettes de la deuxième rangée – en glissant sur 14 cm – pour mieux équilibrer l’espace pour les jambes de chacun. Une modularité bien pensée complète le tableau. Chaque dossier est inclinable et séparable. L’ensemble se replie dans le sol pour créer un grand plan parfait. Évidemment, le volume du coffre dépendra du nombre de sièges déployés. Mais ne vous y trompez pas, l’EQB est bien un vrai SUV 7 places (volume de coffre : 130 – 465 – 1 620 litres).

Written by Fara

Tecnica et Ultimae : l’avenir de Lamborghini

Jorge Martin a reçu les applaudissements du Madison Square Garden.