des objectifs de ventes délirants, et puis flop ?

[ad_1]

Elon Musk a déjà annoncé la couleur il y a quelques mois. Le patron de Tesla vise les 20 millions de ventes annuelles dans la prochaine décennie. Vous avez bien lu : Tesla envisage de vendre plus de voitures à l’année que le groupe Volkswagen et Toyota réunis. On connait la propension de l’homme d’affaires pour les déclarations fracassantes, mais aussi pour les promesses non tenues. Et il en est une qui serait déjà perdue selon nos confrères allemands du Business Insider.

L’électrique, pas pour tous

A plus de 40 000 € l'entrée de gamme, le Model Y n'est pas pour tout le monde.
A plus de 40 000 € l’entrée de gamme, le Model Y n’est pas pour tout le monde.© Tesla

Le fait est que certains gros investisseurs pourraient commencer à se sentir lassés de voir des objectifs lunaires ou trop ambitieux chez Tesla. Il en est justement un qui semble faire défaut : les 5000 voitures produites chaque semaine à Grünheide seraient un doux rêve. Tesla aurait bel et bien atteint cette cadence sur une très courte période en début d’année, mais depuis, l’usine fonctionnerait bien en deçà des objectifs. Objectif qui aurait d’ailleurs été revu à la baisse, à 4350 unités par semaine. Mais même celui-ci serait actuellement hors de portée.

La faute à une demande en baisse ? Possible. Une fois que tous les “early adopters” ont acheté leur véhicule électrique, il semble plus difficile de le faire adopter auprès d’un plus grand public pour des raisons évidentes de prix. Ce plafonnement mondial de la voiture électrique, certains analystes l’observent déjà : “la croissance spectaculaire que nous avons connue ces dernières années ne peut être soutenue. Ce n’est tout simplement pas possible. Plus nous avançons dans cette courbe de croissance, plus il sera difficile de passer au niveau suivant”, a déclaré Sam Fiorani, vice-président des prévisions mondiales de véhicules chez AutoForecast Solutions. Logique.

Dans les Etats américains où la voiture électrique est la plus représentée, elle plafonne déjà : “il semble y avoir une résistance naturelle entre 7 et 10 % de part de marché dans ces Etats. Cela semble être le plafond, et il devient alors beaucoup plus difficile de l’augmenter davantage“, précisait Karl Brauer, analyste chez iSeeCars.

Même son de cloche en France avec une part de marché qui navigue autour de 15 %. Ce qui est déjà évidemment conséquent, mais on sent aussi un vrai essoufflement.

Un problème de personnel ?

Mais l’origine de ce ralentissement chez Tesla serait aussi la difficulté de trouver rapidement de la main d’oeuvre qualifiée dans un marché européen très compliqué. Si la pénuries de composants touche l’industrie automobile, que dire des ressources humaines qui manquent cruellement, que ce soit du côté des constructeurs comme des OEM (équipementiers).

Toujours est-il que ce problème de main d’oeuvre touche tout le monde. BMW a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme en la personne du chef du comité d’entreprise : “l’époque où nous étions submergés de candidats est révolue depuis longtemps. Même si nous proposons une excellente formation, chez BMW, nous constatons également que le nombre de candidats est en baisse. Nous remplissons toutes les places de formation, mais nous sentons qu’un changement s’opère actuellement sur le marché du travail” (Source : Automobilwoche). C’est dit.

Comparez les vraies autonomies des meilleures voitures électriques d’après notre cycle de mesures normalisé. Capacité de batterie, consommation, autonomie, on vous dit tout !

Tesla doit-il revoir ses ambitions ?

A ce rythme, il paraît bien peu probable que Tesla atteigne les 20 millions de ventes par an. Il faudra déjà simplement passer au second stade de son programme en Allemagne avec la barre des 500 000 voitures produites à Grünheide. Malheureusement pour l’américain, même cet objectif semble hors de portée. Si Tesla parvient à produire à moyen terme 250 000 voitures par an en Allemagne, le constructeur pourra s’estimer heureux.

 

Pour Tesla, le défi est aussi la montée en puissance de la concurrence
Pour Tesla, le défi est aussi la montée en puissance de la concurrence© Volkswagen

 

BYD menace aujourd'hui Tesla, particulièrement en Chine
BYD menace aujourd’hui Tesla, particulièrement en Chine© BYD

 



[ad_2]

Source link

Written by Autocloser

Kawasaki prépare la rentrée : prix en baisse, garanties étendues et nouveaux coloris

Renault Rafale, Audi RS6 Avant, Polaris RZR XP, Lavage Auto