Les carburants de synthèse, une solution pour le monde de demain ?

[ad_1]


color:black”>En 2035, théoriquement, en Europe, plus aucun véhicule neuf  ne sera vendus avec une motorisation thermique ; autrement dit un moteur essence ou diesel qui fonctionne aux carburants fossiles et qui émet du gaz carbonique dans l’atmosphère… 


color:black”>Alors comment continuer à avoir une mobilité décarbonée ? Le tout électrique est aujourd’hui une réponse, même si elle n’offre pas toutes les attentes environnementales que l’on peut supposer… Le carburant de synthèse, on en parle aussi beaucoup, en est une autre. Un carburant sans pétrole conçu à partir de CO2 et d’électricité bas-carbone ou même, vous allez pouvoir le constater, à partir de simples déchets recyclables. 


color:black”>Ces carburants, même si historiquement ne sont pas nouveaux, intéressent de plus en plus les constructeurs. Mais pour quelles raisons ? Peut-on les produire et les distribuer en masse ? Combien coutent ils ? Sont ils propres ? Est ce, en somme, une alternative sérieuse au tout électrique ? 


color:black”>Les carburants de synthèse, sont aussi appelés e-carburants ou e-fuels pour électro-carburants… et pour les définir et rendre la chose un peu plus didactique, nous sommes allés à la rencontre d’Olivier Mac Lesggy, notre scientifique émérite de la chaine. 


color:black”>Certains y croient, d’autres un peu moins, parce ce qu’il faudrait beaucoup d’électricité vertueuse pour satisfaire plus d’1 milliard de véhicules encore en circulation. Et puis, le coût de fabrication d’un tel carburant serait répercuté à la pompe à 4 euros HT le litre… 


color:black”>Porsche Justement s’y intéresse depuis longtemps. La compétition a ouvert la voie. Mais pas seulement, il y a un intérêt évident au efuel avec ses nombreux clients de 911, dont 80% des mythiques modèles roulent encore. Alors avec l’aide d’un consortium d’investisseurs, Porsche est passé du simple laboratoire de recherche sur son efuel à la réalisation industrielle d’une usine flambant neuve au Chili. 


color:black”>Que font les autres constructeurs aujourd’hui ? Beaucoup restent pour l’instant très discret sur le sujet, d’autres préparent le terrain consciencieusement mais sans trop faire de vague : C’est le cas du géant Stellantis, le groupe aux 15 marques. Et c’est ici, en région parisienne, à carrière sous Poissy, que Stellantis réalise une multitude de tests  avec un carburant de synthèse acheté à l’étranger. 


color:black”>Ces tests sont très récents, le groupe réalise sur banc depuis juillet 2022 seulement des essais de fiabilité et d’agrément sur les 28 familles de moteurs du groupe. Cela concerne en réalité plus de 28 millions de véhicules en Europe, thermique ou hybride en circulation.  C’est gigantesque. L’usage possible du efuel à l’avenir est à ce prix. 


color:black”>Autre constat positif, économique celui là, lors de tests en conditions réels, la consommation du efuel est plus basse que celle d’un carburant classique, quelle que soit les conditions d’usage, ville, route ou autoroute de l’ordre de 2 à 3%… Bref tests concluants pour le groupe si jamais il décidait à l’avenir d’utiliser ce type de carburant. 


color:black”>On a donc compris que le carburant de synthèse n’a de sens que si l’électricité utilisée pour le produire est elle même vertueuse. Et si le efuel, avec cette technologie se sert du CO2 comme matière première, il en existe une autre : le déchet recyclable, oui, une matière première qui, vous allez le voir, est encore plus incroyable. 
color:black”>Un carburant de synthèse 100% biodégradable, non toxique pour le monde animal et végétal, un carburant avec 80 % de particules fines en moins… 

 


color:black”>Au mois d’Avril dit on pour la France, pour les premières stations… Toujours un peu en retard, parce qu’on a fait le choix dans l’hexagone de la voiture électrique. La France a du Nucléaire et à tout intérêt à le promouvoir. Ce carburant de synthèse là,  a besoin de beaucoup moins d’électricité… Son prix à la pompe, en moyenne 15 centimes plus chers que le carburant classique, en témoigne.
Au final, quid des pétroliers traditionnels et du carburant de synthèse ? Figurez vous que certains, comme le Souadien ARAMCO, leader mondial, en fabrique déjà…. signe que les technologies efuel sont déjà, même pour eux, une alternative au bon vieux pétrole.  
 


color:black”>

[ad_2]

Source link

Written by Autocloser

La Porsche la plus rapide jamais produite bientôt en production ?

on craque et sûr que vous aussi !